Dorure des bronzes d’une commode tombea

Parura de bronzes Louis XV

Parura de bronzes Louis XV

 

Parure de bronzes d’une commode tombeau d’époque Louis XV. Ce type de meuble est généralement assez richement chargé en bronzes.

 

Bronzes avant restauration

Bronzes avant restauration

 

La dorure est très usée et nécessite une redorure. Après décapage, afin d’éliminer l’oxydation et les restes d’anciens vernis ou de cire, une dorure est réalisée. Afin de lui donner un peu de vie et qu’elle ne choque pas le regard la parure est légèrement usée et patinée.

Dorure bronzes Louis XV

Dorure bronzes Louis XV

 

 

Commode tombeau Louis XV

Commode tombeau Louis XV

Commode Louis XV

Commode Louis XV

Vernis or sur une barre de foyer (  » Chenets » ) en bronze XIXème de style Louis XVI

Chenets avant restauration

Avant restauration

 

Les chenets ont pour fonction de stabiliser les bûches dans une cheminée. Ici ce n’est pas le cas , les barres en acier sur la face arrière et qui servent de support sont absentes. Le terme de « barre de foyer » est donc plus juste.

Les objets de cette époque sont rarement dorés. Ceci était réservé aux articles de grande qualité. Ici on a affaire à un objet de belle dimension mais dont l’assemblage et la qualité de fabrication sont moyens. Il s’agissait d’objets produits en assez grande quantité et la plupart du temps ils etaient vernis . Le principe du vernis or est d’utiliser un vernis teinté en orange qui appliqué sur un métal bien décapé  rapproche sa couleur de la couleur de l’or. Si le métal est effectivement bien jaune , ce qui dépend de la nature exacte de l’alliage, le résultat peut être assez convaincant .

Après un démontage complet le métal est décapé aux acides puis certaines surfaces sont polies mécaniquement ou au brunissoir . D’autres sont laissées mates. Après un dégraissage les différents éléments sont vernis au pistolet. Puis remontés.

Au XIXème siècle le vernis était appliqué au pinceau en poils de putois ou avec des tampons de coton ou de chiffon suivant le relief des surfaces. Lorsqu’il s’agissait de pinceaux , pour les surfaces ornementées, l’opérateur utilisait également un blaireau afin de « décharger » les creux où le vernis s’accumulait. Le blaireau était tenu par la même main que le pinceau, dans la paume fermée afin de limiter au maximum l’intervalle d’utilisation des deux outils.On aperçoit d’ailleurs le blaireau sur la gravure ci dessous.

Vernissage au pinceau

Gravure tirée de l’ouvrage « Manipulations hydroplastiques » de Alfred Roseleur 1880

La barre de foyer après restauration

Après restauration

Restauration de patine sur un buste en bronze d’après Jean -Antoine Houdon: Sabine

Buste bronze de Houdon , Sabine

Le buste avant restauration

 

Jean- Antoine Houdon (1741-1828) a travaillé sous Louis XVI, la révolution et le premier Empire. En 1785 Il traverse l’Atlantique pour réaliser une statue de Georges Washington.

 

La signature de Houdon

La signature au dos du buste

 

L’exemplaire ci dessus est une copie plus tardive. Il représente Sabine la fille de Houdon agée de 4 ans. Il est en bronze patiné au vernis et aux pigments. En raison d’une moindre résistance de ce type de patine, des rayures disgracieuses altèrent l’esthétique de l’objet.

 

Rayure sur le bronze de Houdon

Rayure sur l’épaule gauche

rayures et manque sur le bronze

Rayures et manques de patine sur le visage

 

Rayures de la patine sur le bas du buste

Rayures sur le bas du buste

Le socle en bronze doré et verni est encrassé (on remarque sur la photo ci dessous les traces de vernissage au tampon en coton)

Le socle en bronze doré avant restauration

Le socle avant restauration

Les retouches de patine sont effectuées avec des pigments de couleur similaire. Le socle est déverni et nettoyé.

Retouches de la patine sur le buste

Retouches sur le bas du buste

Le visage de "Sabine" par Houdon après restauration

Le visage après retouche.

Le socle en bronze doré après nettoyage

Le socle après nettoyage

 

Le buste de Sabine par Houdon après restauration

Le buste après retouches

 

 

 

 

Chapelle du séminaire de Nice : Restauration d’un ensemble de 4 lustres en bronze de style Néo Byzantin.

 

Dans la suite de l’article sur la restauration d’un grand lustre en bronze pour la chapelle du séminaire de Nice 2 paires lustres du même style et provenant probablement du même atelier sont situés de part et d’autre de l’entrée.

Lustre en bronze néo byzantin avant restauration

Un des quatre lustres avant dépose

Un lustre en bronze néo byzantin avant restauration

Un lustre avant démontage

Démontage partiel du lustre

Démontage partiel

démontage du lustre en bronze du séminaire de Nice

Le lustre après démontage complet et décapage du vernis

Les différents éléments en bronze sont polis puis vernis. L’ensemble est ensuite remonté.

Lustre néobyzantin après polissage

Le lustre après restauration.

 

 

 

 

Restauration de deux sculptures en bronze patiné et bronze doré de Felix Charpentier.

A peu de temps d’intervalle deux clients différents m’ont confié deux bronzes différents du même sculpteur: Felix Charpentier.

 

Bronze patiné de Félix Charpentier avant restauration

Le bronze patiné avant restauration

Le bronze doré de Felix Charpentier
Le départ des hirondelles avant restauration

 

 

Felix Charpentier est né à Bollène le 10 Janvier 1858 et mort à Paris le 7 Décembre 1924. C’est un sculpteur qui a produit de nombreuses oeuvres dont des monuments publics, de nombreux bustes, médaillons et petits bronzes.

Signature de Felix Charpentier

La signature de Felix Charpentier et la marque « Bronze de Paris »

Une de ces sculptures est en bronze patiné , l’autre à dorure vernie. Il m’a semblé intéressant de les comparer car cela donne la mesure de l’évolution de cet artiste. Le sujet est quasiment identique mais traité de manière un peu différente. Le bronze doré est plus élégant  dans son traitement . Il est très certainement plus tardif et d’inspiration art nouveau. Le drapé a quasiment disparu. La sculpture en bronze patiné est d’inspiration beaucoup plus classique et de facture très XIXème. Le mouvement est plus rigide.

Le socle en doucine de la sculpture dorée est monté sur billes et pivotant.

Restauration de la sculpture en bronze patiné :

La patine brune est parsemée de tâches de vert de gris.

Buste du bronze de Felix Charpentier

Aspect du buste avant restauration

 

socle du bronze avant restauration

Aspect du socle avant restauration

Le travail consiste en un traitement chimique local des tâches afin de les faire disparaitre puis la sculpture est cirée afin de lui redonner un peu de lustre et de la protéger

Buste de la sculpture en bronze

Aspect du buste après restauration

Socle du bronze

Aspect du socle après restauration

Le bronze de Felix Charpentier après patine

Le bronze après restauration

Restauration de la sculpture en bronze doré :

Le travail consiste ici a éliminer le vernis, à traiter les oxydations et à passer une nouvelle couche de vernis de protection. Sur les photos de la sculpture avant restauration les traces de passage manuel au coton du vernis sont bien visibles. Le métal s’est oxydé aux endroits où le vernis est moins épais , avec cette technique l’épaisseur n’est pas réguliére, elle l’est beaucoup plus avec un pistolet .

Buste de la sculpture en bronze doré

Aspect du buste avant restauration

Le buste de la statue après restauration

Aspect du buste après restauration

La sculpture en bronze doré après restauration

La sculpture après restauration

Dorure et patine brune d’une pendule en bronze « à l’éléphant » .

Un petit modèle de pendule XIXème à l’éléphant en bronze doré de style Louis XV. Sur le sommet de la boite se trouve un Cupidon. La dorure et la patine sont usées et il est nécessaire de les refaire complètement.

Pendule Louis XV à l'éléphant

La pendule avant restauration

le cupidon en bronze sur la pendule

Détail du Cupidon

Le Cupidon était patiné à l’origine, le client désire le faire dorer.

L’ensemble est dans un premier temps entièrement démonté et décapé.

Pendule à l'éléphant louis xv en bronze démontée

Les différents éléments de la pendule

Après élimination des résidus de vernis et de cire les différents éléments sont désoxydés chimiquement puis gratte bossés au touret avec une brosse en fils de laiton.

Gratte bossage du socle en bronze

Gratte bossage de la terrasse de la pendule

La terrasse de la pendule après gratte bossage

La terrasse après gratte bossage

Le cupidon en bronze décapé

Le Cupidon prêt pour la dorure

L’éléphant est ensuite patiné à chaud

L'éléphant en bronze de la pendule Louis XV est patiné

L’éléphant en cours de patine

La patine est ensuite cirée à la cire d’abeille.

L'éléphant de la pendule après restauration

L’éléphant après l’opération de patine

Reste à dorer les autres éléments et remonter l’ensemble.

Le cupidon de la pendule après dorure

Le Cupidon après dorure

La pendule en bronze à l'éléphant après dorure

La pendule à l’éléphant après remontage.

 

Un autre modèle presque identique et deux autres modèles de pendules avec un taureau et un lion dans le sujet: Dorure et patine de pendules   »au lion » , « au taureau  » et  » à l’éléphant »

Réalisation d’un vernis or sur une paire d’appliques « Cor de chasse » de style Louis XVI en bronze.

Ces deux appliques en bronze de style Louis XVI n’ont jamais été dorées , elles sont revêtues d’un vernis or. Cela se reconnait avec un peu d’habitude. Cela est confirmé par l’aspect des dos ( En dehors de zones vert de gris dues à un stockage en présence d’eau il n’y a pas de patine , le métal décapé aux acides, aspect laiton satiné-brillant). La ciselure est relativement précise pour une paire de cette époque et le dessin général est élégant.

La présence d’une électrification d’origine indique une date de fabrication relativement récente : A partir du début XXème. Les branches sont en effet conçues avec des tubes intérieurs permettant de faire passer les fils. Ce ne sont pas des appliques à gaz transformées .

Les appliques Louis XVI avant restauration

La paire d’appliques avant restauration

L’ensemble va être démonté puis décapé: élimination du vernis et de l’oxydation .

Démontage des appliques Louis XVI en bronze

Les appliques après démontage

Les éléments centraux dont la ciselure est particulièrement soignée , après élimination du vernis et de l’oxydation , laissent apparaitre la présence d’une couche de dorure sur une couche de cuivre. Un des deux ornements est plus usé que l’autre.

Les ornementations après nettoyage

Les ornementations centrales après nettoyage

En regardant de plus près les dos des deux ornements on remarque que la couleur du métal est jaune (laiton) et la présence de nombreuses retassures ( La surface du métal est légèrement creusée et il y a des porosités au centre des zones les plus massives) Cela indique que le métal a été coulé dans une empreinte en cuivre et s’est retassé en refroidissant. La tranche des ornements est également cuivrée.

Présence de retassures sur le dos des ornements

Localisation des retassures et de la présence de cuivre sur la tranche des ornements

Aspect cuivré des ornements

Les ornements après décapage de la dorure

 

Ce sont des moulages galvanoplastiques de cuivre remplis de laiton. Cela explique la qualité des détails. Ces ornements étaient réalisés en série et cela permettait à partir d’un original extrêmement soigné d’obtenir de nombreux exemplaires avec la grande qualité de reproduction que permet ce procédé ( Pas de perte de détails ni de dimensions)

L’utilisation de cette technique permet d’un peu mieux préciser l’époque de fabrication: tout début XXème .

Ces ornements ont été dorés pour cacher la couleur du cuivre et les assortir au reste de l’applique.

Le  reste des appliques va être parfaitement décapé jusqu’à obtenir une belle couleur jaune. Le métal doit avoir un aspect bien mat . Des parties vont être brunies à l’hematite ou polies pour créer un décor qui mette en valeur les parties lisses, les parties ciselées restant mates.

Le vernis est assez fin afin qu’il ne se remarque pas, il est teinté en orangé. Appliqué sur la surface bien jaune du métal on obtient un aspect doré qui peut généralement être assez difficilement différencié d’une vraie dorure.

Les appliques après restauration

Les appliques après vernissage