Réparation d’une sculpture en régule de Garcia : « Joie » (Danseuse aux cymbales).Max le Verrier éditeur

Un client m’a confié une sculpture signée Garcia et éditée par la maison Max Le Verrier. Il s’agit du modèle « Joie » qui représente une danseuse aux cymbales . Cette statue est en régule de plomb et posée sur un socle de marbre noir. Ce modèle a été produit en de nombreux exemplaires.

La cheville est cassée , en effet tout le poids de la statue et du socle font effort à cet endroit là.

Sculpture avant restauration

Sculpture avant restauration

La cassure est bien nette et le pied ne s'est pas détaché

La cassure est bien nette et le pied ne s'est pas détaché

Sur cette dernière photo on voit bien la cassure grise à grain très fin du régule de plomb.

Le pied est resté solidaire du reste du corps car une âme en bronze rigidifiait l’ensemble.

Aperçu du renfort de bronze dans la cheville

Aperçu du renfort de bronze dans la cheville

Il n’est pas possible d’extraire ce renfort. Un autre renfort en acier va donc être placé dans cette tige de bronze.

Après ébarbage des sections du bronze deux trous sont percés.

Les deux trous sont percés de part et d'autre sur le bronze

Les deux trous sont percés de part et d'autre sur le bronze

Une tige en acier est ensuite introduite.

Mise en place de la tige en acier

Mise en place de la tige en acier

Une soudure à l’étain est ensuite executée.

La soudure terminée.

La soudure terminée.

Il faut ensuite la limer .

Le limage en cours de finition

Le limage en cours de finition

Reste ensuite à recréer la patine à l’endroit de la réparation en utilisant des pigments et à remonter la statue sur son socle.

La cheville après la restauration.

La cheville après la restauration.

La sculpture de Garcia après restauration

La sculpture de Garcia après restauration

Restauration d’une sculpture en plomb de Fayral (fondeur: Max Le Verrier)

Voici un diaporama de la restauration d’une sculpture en régule de plomb art déco de Fayral, le fondeur est Max Le Verrier.

Une version pas à pas en photo se trouve sur le forum Metal-Connexion.fr, des explications écrites y figurent.

 

Dorure d’une sculpture de Jean Pierre Augier

Jean Pierre Augier est sculpteur sur métal. Son travail est réalisé à partir de matériaux de récupération (vieux outils essentiellement) et est très abouti au point de ne plus discerner ces objets-matériaux au premier coup d’oeil. Le sens et la forme l’emportent sur les matériaux.

voici son site: http://www.jpaugier.fr/

J’ai doré et argenté en finition mate pour les deux types de revêtements un lutrin pour une église. Pour l’instant il n’avait argenté ou doré que de petites pièces , ici la pièce est déjà un peu plus grande

Sculpture de Jean Pierre Augier avant

Sculpture après

Deux sculptures en bronze de Félix Charpentier

Les objets semblent parfois avoir leur propre vie .
Il m’est très  souvent arrivé d’avoir deux objets identiques  en même temps , et de ne plus jamais en revoir un identique..
Peut être cela fait il partie de la loi des séries. Des objets se rencontrent ….

J’ai restauré recemment une statue en patine brune de Felix Charpentier de facture très XIXème (voir ici).
Une semaine après une autre statue du même sculpteur, mais pas du même client avec le même sujet mais apparemment plus tardif et en patine dorée.
J’ai trouvé utile de montrer les deux versions , la comparaison me semble intéressante.

Les voici:

L’une est vraiment connotée XIXème, classique, un peu rigide, l’autre est plus gracieuse, très début XXème plus aboutie, le drapé reduit à peau de chagrin  et une dorure patinée plus lumineuse.