Dorure des bronzes d’une commode tombea

Parura de bronzes Louis XV

Parura de bronzes Louis XV

 

Parure de bronzes d’une commode tombeau d’époque Louis XV. Ce type de meuble est généralement assez richement chargé en bronzes.

 

Bronzes avant restauration

Bronzes avant restauration

 

La dorure est très usée et nécessite une redorure. Après décapage, afin d’éliminer l’oxydation et les restes d’anciens vernis ou de cire, une dorure est réalisée. Afin de lui donner un peu de vie et qu’elle ne choque pas le regard la parure est légèrement usée et patinée.

Dorure bronzes Louis XV

Dorure bronzes Louis XV

 

 

Commode tombeau Louis XV

Commode tombeau Louis XV

Commode Louis XV

Commode Louis XV

Restauration d’un bronze pour la congrégation des petites soeurs des pauvres à Nice

Ce bronze patiné est exposé à la pluie depuis plusieurs années et la patine sous l’action de l’eau a terni et par endroits le vert de gris commence à apparaitre.

Il se trouve à la congrégation des petites soeurs des pauvres à Nice.

Il représente Jeanne Jugan fondatrice de la congrégation.Jeanne Jugan

wDSC_0699A partir de la base restante la patine est restaurée .

wDSC_0702 Jeanne Jugan

 

Restauration d’un crabe ( Jizai okimono ) en bronze signé Masayoshi.

Les jizai okimono sont des représentations en métal d’animaux. Elles ont la particularité d’être articulées. C’est une spécialité Japonaise. Les sujets sont généralement des insectes ou des crustacés. Les matériaux sont l’argent, les métaux cuivreux et parfois l’acier. Cette production a commencé au début du 18ème siècle par des fabricants d’armes  familiers des armures articulées Japonaises.

Un client m’a confié ce magnifique crabe en bronze patiné , il est signé Masayoshi sur sa face inférieure.

Le jizai okimono avant restauration

Le crabe avant restauration

Signature de Masayoshi

Signature de Masayoshi

Les extrémités de deux pattes sont sont cassées . Ces segments articulés sont percés et assemblés sur le segment suivant par une goupille. Ici le métal s’est rompu au niveau des perçages . Il faut donc rapporter du métal pour pouvoir refaire le perçage.

Il faut d’abord extraire les goupilles en laiton qui sont restées fixées dans le trou de logement des segments suivants.

Extraction des goupilles du Jizai okimono

Extraction des goupilles

Ajout de matière par soudure sur les segments

Ajout de matière sur les segments

Face inférieure du jizai okimono

Le crabe sur l’établi

Le perçage est la partie la plus délicate de la restauration, il est nécessaire qu’il soit réalisé bien dans l’axe

Les segments sont percés

Perçage des segments

après patine

Les segments après patine

Repose des goupilles sur le crabe

Repose des goupilles

L’extrémité des goupilles est patinée ainsi que quelques éraflures consécutives à leur repose.

Le Jizai okimono après restauration

Le crabe après restauration

 

Restauration de patine – Panthère en zinc d’art de Giacomo Merculiano.

Giacomo Merculiano ( 1859 – 1935 ) est un sculpteur Italien. Il a étudié à l’institut des beaux arts de Naples.

Cette panthère est en zinc d’art et est restée en extérieur. Sa patine est largement dégradée, certaines zones ont été préservées, principalement celles qui étaient abritées de la pluie .

Après restauration la patine est cirée pour lui redonner de la brillance et la protéger.

La sculpture avant restauration

La panthère avant restauration

La patine après restauration
Détail de la patine avant restauration

Détail après restauration

Détail de la patine après restauration.

La sculpture après restauration

La panthère après restauration

Signature de Merculiano

Signature de Merculiano

 

Réparation d’une sculpture en régule de Denis (Alias supposé de Marcel Bouraine)  » Danseuse aux boules » Fondeur Max le Verrier.

Le régule avant restauration

Avant restauration

Denis est la signature supposée de André Marcel Bouraine (1886-1948) . Il a travaillé pour plusieurs éditeurs dont Max le Verrier.

Signature de Denis

Signature de Denis , alias supposé de Marcel Bouraine

Hormis quelques éraflures la patine est assez bien conservée. La statuette est tombée et a cassé au niveau du pied.

Comme la plupart des productions de Max le Verrier elle est en régule.

Aspect de la cassure du pied

Aspect de la cassure

On voit les traces de collage . Ils sont éliminés et une soudure à l’étain est effectuée.

Détail après soudure

Aspect après soudure

La soudure est ensuite reprise à la lime et à l’abrasif.

rattrapage-soudure

Puis la patine est retouchée. Des retouches sont également réalisées sur les éraflures présentes à plusieurs endroits de la sculpture.

Détail du régule de Denis

Détail après réparation

Le régule de Denis après réparation

Après réparation

 

 

Dorure d’une pendule en bronze d’époque Napoléon III et de style Louis XV

Pendule Napoléon III de style Louis XV

La pendule avant restauration

Ce modèle de pendule XIXème a été réalisé en de nombreuses variantes et par de nombreux fabricants différents. Celle ci est particulièrement soignée dans son modelé . Le style Louis XV  si ce n’est la flamme de sommet est relativement cohérent et harmonieux.

Ceci justifie le choix du client de faire réaliser une dorure. Ce n’était pas le cas à l’époque, le décor de ce  type d’objet était pratiquement toujours un vernis or.

La pendule est donc démontée, décapée , dorée puis remontée.

Démontage de la pendule

Démontage

pendule Napoléon III

Pendule après dorure

Dorure d’un lustre en bronze de Henry Dasson de style Louis XIV

Henry Dasson (1825-1896 ) est un bronzier et ébéniste qui a excellé dans la fabrication de meubles et objets d’art. Ses meubles et objets se distinguent d’une grande partie de la production de l’époque qui est souvent médiocre. Bronzier de formation , la qualité de ciselure est précise.

Il est un des rares bronziers à signer et souvent dater ses bronzes.

Lustre de henry Dasson avant dorure

Le lustre avant dorure

La signature de Henry Dasson

Signature de Henry Dasson

La signature est gravée à la main « Henry Dasson 1881″

Comme à l’habitude le lustre est entièrement démonté, décapé et les éléments sont redorés en dorure mate et brunie.

Le lustre a été percé par le passé pour assurer le passage des fils électriques , à la demande du client il est rééquipé avec des fausses bougies et du fil gainé en tissu.

Détail du bronze doré

Détail après dorure

Après dorure

Le lustre après restauration

Vernis or sur une barre de foyer (  » Chenets » ) en bronze XIXème de style Louis XVI

Chenets avant restauration

Avant restauration

 

Les chenets ont pour fonction de stabiliser les bûches dans une cheminée. Ici ce n’est pas le cas , les barres en acier sur la face arrière et qui servent de support sont absentes. Le terme de « barre de foyer » est donc plus juste.

Les objets de cette époque sont rarement dorés. Ceci était réservé aux articles de grande qualité. Ici on a affaire à un objet de belle dimension mais dont l’assemblage et la qualité de fabrication sont moyens. Il s’agissait d’objets produits en assez grande quantité et la plupart du temps ils etaient vernis . Le principe du vernis or est d’utiliser un vernis teinté en orange qui appliqué sur un métal bien décapé  rapproche sa couleur de la couleur de l’or. Si le métal est effectivement bien jaune , ce qui dépend de la nature exacte de l’alliage, le résultat peut être assez convaincant .

Après un démontage complet le métal est décapé aux acides puis certaines surfaces sont polies mécaniquement ou au brunissoir . D’autres sont laissées mates. Après un dégraissage les différents éléments sont vernis au pistolet. Puis remontés.

Au XIXème siècle le vernis était appliqué au pinceau en poils de putois ou avec des tampons de coton ou de chiffon suivant le relief des surfaces. Lorsqu’il s’agissait de pinceaux , pour les surfaces ornementées, l’opérateur utilisait également un blaireau afin de « décharger » les creux où le vernis s’accumulait. Le blaireau était tenu par la même main que le pinceau, dans la paume fermée afin de limiter au maximum l’intervalle d’utilisation des deux outils.On aperçoit d’ailleurs le blaireau sur la gravure ci dessous.

Vernissage au pinceau

Gravure tirée de l’ouvrage « Manipulations hydroplastiques » de Alfred Roseleur 1880

La barre de foyer après restauration

Après restauration

Redressage , débosselage et polissage d’une coupe en argent massif.

 

 

 

coupe en argent avant restauration

La coupe avant restauration

 

Le piédouche de cette coupe en argent massif et son flan sont bosselés . Le bord de la coupe est déformé

Le bord de la coupe est déformé

Le bord de la coupe avant redressage

Bosses sur le flan de la coupe

Déformations du flan

Le piédouche est déformé

Le piédouche avant redressage

 

 

Le redressage est effectué avec différents outils en acier qui servent de point d’appui ou de repoussoir ( recingle ) . Le métal est repoussé au maillet de bois ou avec un marteau dont l’extrémité arrondie est parfaitement polie afin de faire le moins de marques possibles sur le métal.

Le métal est ensuite émerisé pour enlever les petits défauts de surface dus au travail de repoussage. L’opération de polissage  lui redonne du brillant et élimine les rayures d’émerisage.

Piédouche émerisé

Emerisage du piédouche

Flan de la coupe émerisé

Emerisage du flan de la coupe

Piédouche poli

Polissage du piédouche

Flan de la coupe poli

Polissage du flan de la coupe

Bord de la coupe redressé

Redressage du bord

 

La coupe restaurée

La coupe après restauration

 

 

 

 

Restauration d’une barre de foyer d’époque Directoire . Dorure et patine.

Cette barre de foyer d’époque Directoire m’a été confiée pour restauration. La dorure et la patine verte sont très usées.

 

barre de foyer en bronze doré Directoire avant restauration

La barre avant restauration

L’arrière des socles et de la barre présentent une belle patine qu’il conviendra de préserver.

Patine des arrières des socles et de la barre

Patine arrière

Sur les socles, la barre, les motifs en applique et les fauteuils néoclassiques la dorure est presque complètement usée.

dorure suée sur la tête de Mercure

Etat de dorure de la tête de Mercure en applique

etat de la dorure de l'encadrement

Etat de la dorure de l’encadrement

etat de la dorure des sièges en bronze doré

Etat de la dorure des sièges néoclassiques

la barre de foyer Directoire partiellement démontée

La barre de foyer partiellement démontée

Plus de dorure sur le socle

Etat du dessus du socle.

 

Il a été décidé de réaliser une dorure mate avec des parties brunies comme à l’origine sur les pièces démontables. Pour les deux socles et la barre sur les quels on veut conserver la patine arrière , un vernis-or est effectué. La patine vert Empire est restaurée. Le travail est réalisé en conservant un aspect naturel en évitant un aspect « à neuf ».

La barre de foyer Directoire après restauration

Etat de la barre de foyer après restauration

Le socle après restauration

Détail du socle après restauration

Le socle et le dessus du socle après restauration

Aspect du fauteuil et du dessus du socle

Face avant du socle

Face avant du socle