Restauration d’une sculpture en bronze d’Edouard Delabrière: « Chien de chasse rapportant un canard »

Cette sculpture en bronze d’Edouard Delabrière 1829 -1912  » Chien de chasse rapportant un canard » m’a été confiée car la queue est cassée et a été sommairement réparée.

On ne connait pas grand chose de ce sculpteur animalier en dehors de ses oeuvres . Il a réalisé de nombreuses scènes de chasse.

Le bronze de Delabrière avant restauration

Le bronze « chien ramenant un canard  » de Delabrière avant restauration

La queue est cassée et recollée.

Détail de la sculpture avant restauration

Détail avant restauration

La queue est décollée puis ressoudée en prenant soin de protéger au maximum la patine avac une pâte réfractaire et des chiffons humides.

Préparation avant la soudure

Protection de la patine avant soudure

La sculpture de Delabrière après réparation

La sculpture après réalisation de la soudure.

Il faut ensuite limer et ciseler la partie concernée.

Le bronze de Delabrière après ciselure

Le bronze après ciselure

La patine est ensuite retouchée pour dissimuler la réparation.

Patine du bronze de Delabrière

Retouche de la patine

Détail du bronze "chien ramenant un canard"

Détail après restauration

La sculpture "chien ramenant un canard" après réparation

La sculpture après restauration

 

 

 

Article dans la revue Métiers d’art (Editions Faton)

La revue Métiers d’art aux éditions Faton qui est la référence en terme de magazine dans le domaine des métiers d’art m’a consacré un article dans son numéro spécial sur l’orfèvrerie de Décembre pour mes activités de restaurateur d’orfèvrerie.

Article sur le numéro de Décembre de la revue métiers d'art

Article sur le numéro spécial de Décembre

Dorure et patine brune d’une pendule en bronze « à l’éléphant » .

Un petit modèle de pendule XIXème à l’éléphant en bronze doré de style Louis XV. Sur le sommet de la boite se trouve un Cupidon. La dorure et la patine sont usées et il est nécessaire de les refaire complètement.

Pendule Louis XV à l'éléphant

La pendule avant restauration

le cupidon en bronze sur la pendule

Détail du Cupidon

Le Cupidon était patiné à l’origine, le client désire le faire dorer.

L’ensemble est dans un premier temps entièrement démonté et décapé.

Pendule à l'éléphant louis xv en bronze démontée

Les différents éléments de la pendule

Après élimination des résidus de vernis et de cire les différents éléments sont désoxydés chimiquement puis gratte bossés au touret avec une brosse en fils de laiton.

Gratte bossage du socle en bronze

Gratte bossage de la terrasse de la pendule

La terrasse de la pendule après gratte bossage

La terrasse après gratte bossage

Le cupidon en bronze décapé

Le Cupidon prêt pour la dorure

L’éléphant est ensuite patiné à chaud

L'éléphant en bronze de la pendule Louis XV est patiné

L’éléphant en cours de patine

La patine est ensuite cirée à la cire d’abeille.

L'éléphant de la pendule après restauration

L’éléphant après l’opération de patine

Reste à dorer les autres éléments et remonter l’ensemble.

Le cupidon de la pendule après dorure

Le Cupidon après dorure

La pendule en bronze à l'éléphant après dorure

La pendule à l’éléphant après remontage.

 

Un autre modèle presque identique et deux autres modèles de pendules avec un taureau et un lion dans le sujet: Dorure et patine de pendules   »au lion » , « au taureau  » et  » à l’éléphant »

Reproduction et soudure de branches de chandeliers XIXème en bronze doré.

Une branche de cette paire de chandeliers en bronze doré XIXème d’inspiration Louis XVI est incomplète , il manque l’enroulement central sur deux branches ( Chandelier de droite)

Chandeliers XIXème en bronze doré avant réparation

Les chandeliers avant restauration

Un moulage est fait sur une branche complète.

Moule en élastomère

Le moule en élastomère

 

Vue d'intérieur du moulage

Vue d’intérieur du moule en élastomère

La branche est ensuite reproduite en cire puis fondue en bronze à cire perdue.

Les tirages en bronze

Les reproductions en bronze des éléments manquants

Les enroulements sont ensuite ressoudés sur les branches en évitant de trop âbimer la dorure existante.

La branche ressoudée

Une branche réparée

 

Une dorure partielle est ensuite réalisée sur les parties remplacées.

Les branches redorées

Le haut du chandelier réparé après redorure

 

L’ensemble est nettoyé pour retrouver l’éclat d’origine de la dorure.

Les chandeliers XIXème en bronze doré après restauration

La paire de chandeliers après restauration

Réalisation d’un vernis or sur une paire d’appliques « Cor de chasse » de style Louis XVI en bronze.

Ces deux appliques en bronze de style Louis XVI n’ont jamais été dorées , elles sont revêtues d’un vernis or. Cela se reconnait avec un peu d’habitude. Cela est confirmé par l’aspect des dos ( En dehors de zones vert de gris dues à un stockage en présence d’eau il n’y a pas de patine , le métal décapé aux acides, aspect laiton satiné-brillant). La ciselure est relativement précise pour une paire de cette époque et le dessin général est élégant.

La présence d’une électrification d’origine indique une date de fabrication relativement récente : A partir du début XXème. Les branches sont en effet conçues avec des tubes intérieurs permettant de faire passer les fils. Ce ne sont pas des appliques à gaz transformées .

Les appliques Louis XVI avant restauration

La paire d’appliques avant restauration

L’ensemble va être démonté puis décapé: élimination du vernis et de l’oxydation .

Démontage des appliques Louis XVI en bronze

Les appliques après démontage

Les éléments centraux dont la ciselure est particulièrement soignée , après élimination du vernis et de l’oxydation , laissent apparaitre la présence d’une couche de dorure sur une couche de cuivre. Un des deux ornements est plus usé que l’autre.

Les ornementations après nettoyage

Les ornementations centrales après nettoyage

En regardant de plus près les dos des deux ornements on remarque que la couleur du métal est jaune (laiton) et la présence de nombreuses retassures ( La surface du métal est légèrement creusée et il y a des porosités au centre des zones les plus massives) Cela indique que le métal a été coulé dans une empreinte en cuivre et s’est retassé en refroidissant. La tranche des ornements est également cuivrée.

Présence de retassures sur le dos des ornements

Localisation des retassures et de la présence de cuivre sur la tranche des ornements

Aspect cuivré des ornements

Les ornements après décapage de la dorure

 

Ce sont des moulages galvanoplastiques de cuivre remplis de laiton. Cela explique la qualité des détails. Ces ornements étaient réalisés en série et cela permettait à partir d’un original extrêmement soigné d’obtenir de nombreux exemplaires avec la grande qualité de reproduction que permet ce procédé ( Pas de perte de détails ni de dimensions)

L’utilisation de cette technique permet d’un peu mieux préciser l’époque de fabrication: tout début XXème .

Ces ornements ont été dorés pour cacher la couleur du cuivre et les assortir au reste de l’applique.

Le  reste des appliques va être parfaitement décapé jusqu’à obtenir une belle couleur jaune. Le métal doit avoir un aspect bien mat . Des parties vont être brunies à l’hematite ou polies pour créer un décor qui mette en valeur les parties lisses, les parties ciselées restant mates.

Le vernis est assez fin afin qu’il ne se remarque pas, il est teinté en orangé. Appliqué sur la surface bien jaune du métal on obtient un aspect doré qui peut généralement être assez difficilement différencié d’une vraie dorure.

Les appliques après restauration

Les appliques après vernissage

 

Restauration de la patine d’une sculpture en bronze « fusilier marin » de Charles Anfrie .

La patine de ce bronze de Charles Anfrie représentant un fusilier marin a été usée par un nettoyage excessif . C’est souvent le cas lorsqu’une personne ne connaissant pas les bronzes cherche à rendre brillant ce qui ne doit pas l’être.

Charles Anfrie est un sculpteur Français 1833-1905. La ciselure de ses bronzes est particulièrement soignée. Il a produit plusieurs sujets militaires.

Fusilier marine de Charles Anfrie

Fusilier marin . Vue d’ensemble

Vue de détail du fusilier marin de Charles Anfrie

Vue partielle du fusilier marin

La signature du bronze de Charles Anfrie

La signature de Charles Anfrie

La patine est d’une couleur brun-roux . Elle va être restaurée localement en conservant au maximum la patine existante. La sculpture est ensuite cirée pour redonner un peu de profondeur et de brillance à la couleur.

Détail du bronze après restauration

Détail après restauration de la patine

Le bronze après restauration

Vue d’ensemble du bronze après restauration

 

Restauration d’un couvercle en bronze patiné à décor d’émail cloisonné

Ce couvercle en bronze patiné est partiellement décoré d’émail cloisonné. Plusieurs éléments de décoration en bronze patiné fixés d’origine par des rivets ont disparu.

couvercle en bronze cloisonné

Le couvercle avant restauration

Les éléments manquants sont moulés d’après les éléments existants et coulés en bronze.

Les pièces manquantes

Les pièces reproduites

Il s’agit ensuite de les ajuster et de les fixer comme d’origine par des rivets.

Les éléments manquants sont fixés par des rivets

Fixation des pièces manquantes

L’étape suivante consiste à patiner les pièces refaites dans la même couleur que la patine d’origine en reproduisant également les nuançages dus à l’usure.

Le couvercle restauré

Le couvercle après restauration

 

Fabrication et dorure des garnitures en bronze d’une paire de vases en albâtre.

Ces deux vases en albâtre à décor de feuilles d’acanthe sont orphelins de leurs garnitures en bronze doré.

vases en albatre avant fabrication des garnitures

Les deux vases avant restauration

Il va s’agir simplement de fabriquer deux cercles en moulure perlée et deux prises en pomme de pin.

Les cercles sont réalisés à partir de moulure perlée de récupération.cette moulure est mise en forme et ajustée dans la gorge de l’albâtre. Les éléments trop courts sont rassemblés par soudure.

la moulure utilisée pour les cercles

La moulure perlée

les moulures en cours de cintrage

Mise en forme des moulures

Pour la prise en forme de pomme de pin , l’empreinte en élastomère prise sur un objet d’époque va faire l’affaire.

Il faut trouver une prise qui ait la bonne dimension . Les couvercles sont petits par rapport au corps des vases et les graines doivent être bien dimensionnées.

 Il suffira ensuite de réaliser une cire puis de la faire fondre en bronze.
la prise en bronze pour les couvercles

Une des deux prises en bronze après dorure

Les ornements sont ensuite montés sur les vases

Les vases avec leurs ornements en bronze

Les vases restaurés (détail)

Les vases après restauration

La paire de vases après restauration

 

Restauration de la dorure d’une paire de chenets en bronze d’époque Louis XVI .

La dorure de cette paire de beaux chenets d’époque Louis XVI est passablement usée en plusieurs endroits .

chenets en bronze Louis XVI

Les chenets avant restauration

Détail des chenets louis XVI

Détail

detail d'une cassolette en bronze

Détail d’une cassolette avant restauration

détails sur les chenets

Détail des deux chenets

Sur des objets de cette qualité et das cet état  il vaut mieux éviter de refaire complètement la dorure. Il est préférable de chercher à la restaurer .

Les zones oxydées noirâtres sont des zones où la dorure est complètement usée. Le travail consistera après un nettoyage général à enlever l’oxyde , de repolir les surfaces ainsi décapées et de les protéger avec un vernis or qui aura aussi pour but de rendre l’intervention quasiment invisible.

Avant de réaliser ce travail il faut démonter complètement les objets.

Arriere des chenets

Aspects de l’arrière des chenets

On voit bien sur la photo les écrous carrés en bronze qui maintiennent la frise ainsi que les vis à tête cylindrique en fer qui fixent les différentes parties du bâti .

Démontage des chenets

Les chenets en cours de démontage

Le but n’est pas d’obtenir un résultat parfait mais d’éliminer un maximum des gros défauts tout en conservant un certain vécu à l’objet.

Et voici le résultat:

Détail

Détail après restauration

vue des chenets après remise en état

Vue d’ensemble après restauration

Restauration d’une paire de fausses lampes à huile Empire en bronze doré

Ces deux lampes Empire en bronze doré au mercure on souffert et elles présentent de nombreuses cassures.

Elles sont posées chacune sur deux cygnes et ont pour anse des harpies.

Lampes à huile Empire avant restauration

Les deux lampes avant restauration

Une anse est cassée

Cassure sur l’anse

Autre cassure sur une anse

Cassure sur une volute 

Cassure de la base d'une anse

Cassure à la base d’une anse au niveau d’une vis de fixation

Une flamme est cassée

La vis de fixation d’une flamme est cassée.

Prise de couvercle cassée

La prise d’un couvercle est cassée.

 

L’ensemble de ces dégâts sont réparés par soudure en évitant de dégrader les zones proches. Quelques retouches de dorures sont effectuées.

Les lampes restaurées

Les deux lampes restaurées